AGA de l'AQC

Lieu Centre hospitalier de l’Université Laval (CHUL)2705, boulevard Laurier, A0-330Québec, QC, G1V 4G2Canada

Gratuit pour les membres.

AGA de l'AQC

« L’anti-oppression et le queer/trans* positif integré au travail de consultant-e en lactation »

présenté par Gabrielle Joncas-Brunet

Gabrielle Joncas-Brunet détient un baccalauréat en sexologie et se spécialise en éducation à la sexualité, à la culture du consentement et à la parentalité. Elle oeuvre depuis plus de 8 ans auprès des jeunes et des familles dans le milieu communautaire et scolaire avec une approche d'autonomisation et d'antioppression. Elle est parent de bientôt trois enfants, fait partie d'une famille Queer et féministe et s'identifie comme personne non-binaire. Ces pronoms utilisés sont "elle" en français et "they" en anglais.


« L’anti-oppression et le queer/trans* positif integré au travail de consultant-e en lactation »

Cet atelier permettra aux participant-e-s de réfléchir aux concepts suivants :

• Les oppressions, les privilèges et les discours sur la procréation et l’allaitement
• L’anti-oppression et le féminisme intersectionnel
• Les réalités des personnes Queer, Trans* et Non-Binaires

À travers cet atelier intéractif, les participant-e-s seront amené-e-s à échanger et réfléchir sur les discours entourant les familles, la procréation, l’allaitement et l’accès aux services de santé périnataux. Ceci dans l’optique d’analyser leur travail de consultat-e-s en lactation, afin de considérer les actions qu’ils/elles peuvent prendre pour mieux répondre aux besoins et aux réalités des personnes Queer, Trans* et Non-Binaires. Ces grands sujets seront présentés d’une façon plus large, au plan sociétal, pour ensuite être cadré dans le travail quotidien des consultant-e-s en lactation lors de leur travail.

L’anti-oppression est une approche qui définit les différentes dynamiques de pouvoir et d’oppression qui sont présentes dans la vie de tous les jours et leurs impacts sur les individus : classisme, racisme, sexisme, homophobie, transphobie, capacitisme, discrimination sexuelle, santé mentale ou physique, isolation sociale, les traumatismes vécus et autres inégalités sociales. Cette approche implique le besoin de réfléchir sur nos opinions, actions, privilèges, oppressions et expériences pour mieux comprendre notre propre position et nos biais. Cette approche se conjugue au féminisme, un féminisme intersectionnel où l’on vise à déconstruire le patriarcat et la création de hiérarchies entre les genres. En considérant les inégalités entre genres, qu’elles soient entre cis, trans ou personnes non-binaires, femmes et hommes. Combattre les généralisations et les discours binaires afin d’offrir un soutien en lactation autonomisant et inclusif au plus grand nombre d’individus et de familles.